Retour

LE 11 DE LA DÉCENNIE : MOUHAMADOU DIAW

le 25 mars 2020
Chamois Niortais FC

Nous continuons d’avancer dans ces portraits du 11 de la décennie. Après Jimmy Roye, c’est aujourd’hui Mouhamadou Diaw qui vient compléter l’axe du milieu de terrain. Autre joueur emblématique du club, “Doudou” aura également marqué son monde de part sa gentillesse mais aussi ses indéniables qualités de footballeur.

Né à Dakar au Sénégal le 2 février 1981, il fait ses débuts dans le club phare local, l’ASC Jeanne d’Arc. Il devient champion du Sénégal trois années d’affilée (2001-2003), puis s’exporte en France. Il rejoint alors le SC Draguignan en CFA2. Tout de suite remarqué, il saute les étapes pour rejoindre l’Amiens SC qui évolue en Ligue 2. Il jouera trois saisons dans le club Picard, disputant 58 rencontres de championnat et inscrivant 2 buts lors de l’exercice 2004/2005.

Il part alors pour Clermont. Les Auvergnats évoluent en National, et Doudou sera une des pièces maitresses de l’effectif permettant au club de devenir champion et ainsi gagner leur accession en Ligue 2. Malheureusement pour lui la saison suivante à l’échelon supérieur sera plus compliquée. Il ne jouera que six petits matchs de Ligue 2. Il sait qu’il va devoir partir pour retrouver du temps de jeu.

Dans ces cas là, ce n’est jamais évident d’attirer les clubs, d’autant plus avec si peu de minutes passées sur le pré. Pas le choix, il faut redescendre pour trouver un club. Et c’est à Vitré qu’il pose ses valises, en CFA.
Il devient évidemment titulaire et réalise une superbe saison en inscrivant pas moins de 8 buts en 24 rencontres. Cette performance attire de nouveau l’oeil, et notamment celui du club qui nous intéresse le plus.

En effet, les Chamois Niortais viennent de tomber au plus bas, relégués pour la seconde saison d’affilée et vont devoir se sortir du traquenard qu’est la CFA. Ils ont besoin de se renforcer en trouvant des joueurs capables d’adhérer au projet. Ils jettent donc leur dévolu notamment sur Mouhamadou, et le moins que l’on puisse dire c’est que l’inspiration aura été judicieuse.
Il faut immédiatement remonter en national. C’est la mission. Et celle-ci est parfaitement remplie. Avec ses 24 rencontres disputées et 3 buts à son actif, il participe activement à la remontée du club. Et ce n’est que le début de ses exploits.

La saison suivante est celle de la confirmation. En National, Doudou et les Chamois se maintiennent sans problème. Il parvient même à doubler son compteur but, passant de 3 à 6 réalisations. Une sacrée performance, et une nouvelle saison pleine pour lui.
Mais c’est l’année suivante qu’il va vraiment prendre une toute autre dimension. En 2011/2012, c’est lui le chef d’orchestre aux côtés de Jimmy Roye. La paire fait des ravages en National, et Doudou explose. Il jouera 34 matchs et inscrira 9 buts lors de cette saison mythique pour le club. Les Chamois terminent deuxième et montent en Ligue 2. Mouhamadou va donc retrouver le niveau professionnel qu’il n’aurait sans doute jamais dû quitter.

Retour donc en Ligue 2. On ne change pas une équipe qui gagne, et Doudou est de nouveau titulaire dans le onze de Pascal Gastien. Saison pleine encore une fois. Seule une blessure le privera de sept matchs début 2013. Il participe évidemment au maintien du club en Ligue 2, avec deux nouvelles réalisations à son actif et quatre passes décisives. Il est l’un des chouchous de René Gaillard. Comme bon nombre de ses coéquipiers, le fait qu’il ait participé à la remontée du club en Ligue 2 et ce depuis la CFA lui confère un statut à part. Il est également apprécié de part sa gentillesse, sa simplicité et son humilité.
Son ancien coéquipier pendant quatre saisons et demie au club, Luigi Glombard, nous parle un peu de lui:

“Doudou est un joueur très technique, il a un super pied gauche et est combatif sur tous les ballons.
Il est logiquement devenu capitaine. Quand il parlait on l’écoutait. Même si ce n’était pas souvent, c’était toujours au bon moment, et surtout il faisait le taff sur le terrain. Je me souviens lors de la saison 2013/2014, il n’avait de cesse de nous tenir le même discours: si on voulait la montée, ça ne dépendait que de nous, on avait les qualités pour. Il était aussi capable de venir parler à un joueur individuellement. Il ressentait bien les matchs, en fait il sentait le foot tout simplement.
Tant qu’il a encore les jambes, qu’il joue! Doudou il court (rires)! Et s’il passe dans la région qu’il vienne nous faire un petit coucou, ça fera très plaisir.”

Apprécié des supporters nous venons de le dire, mais comme vous vous en doutiez, de ses coéquipiers également. Il faut admettre qu’il était très compliqué de ne pas apprécié le joueur comme l’homme.

Place désormais à la saison 2013/2014. Et oui, lui aussi faisait partie de ce fantastique groupe. Au final dans le onze que vous avez élu, ils ne sont pas moins de six à y avoir participé. Mouhamadou de son côté ne va pas baisser de rythme, proposant exactement les mêmes statistiques en terme de buts et passes décisives: 2 réalisations pour 4 offrandes. Malgré une énorme débauche d’énergie à chaque fois qu’il rentre sur le terrain, il ne manquera que trois rencontres et jouera la quasi totalité des autres. Indéboulonnable. Et c’est d’ailleurs lors de cette saison qu’il endossera le rôle de capitaine. Et être capitaine lors de cette fantastique année, cela veut bien dire quelque chose.

Doudou crève l’écran, ses performances sont remarquées, on commence même à parler d’un transfert vers la Ligue 1 qui lui ferait de l’oeil.
Mais égal à lui-même, il reste dans les Deux-Sèvres pour une nouvelle saison, qui sera sa dernière ici.
Malgré des statistiques qui ne reflètent pas son réel impact (aucun but et aucune passe décisive), il restera un pion essentiel de l’effectif Niortais. À noter qu’au fil des années il redescendra petit  petit dans l’axe du jeu, étant plus à l’origine qu’à la finition des actions. Ceci explique peut-être cela. Toujours est-il qu’il fera même mieux que la saison précédente en disputant en tout 36 rencontres, toujours auréolé du brassard de capitaine. Le club se maintient facilement et il disputera son dernier match à René Gaillard lors de l’ultime journée face à Laval. Il recevra même en avant match l’hommage qu’il mérite.

Nous aurons donc la chance d’entendre une dernière fois le public scander comme à son habitude les fameux “DOUDOU! DOUDOU! DOUDOU!”
Pour couronner le tout, il est élu dans le onze type de l’année de la Ligue 2. Ultime récompense largement méritée pour le Lion de la Téranga, auteur d’un parcours admirable, et qui rappelons-le aura eu le courage de repartir en CFA pour retrouver les sommets. Un grand bonhomme s’en va alors.

Cette place parmi les meilleurs joueurs de Ligue 2 attirent de nouveau les regards. Et Doudou nous quitte pour l’AJ Auxerre qui a alors l’ambition de remonter en Ligue 1. Malheureusement tout ne se passera pas comme prévu. Le début de saison est compliqué pour les Auxerrois qui relèveront la tête mais sans jamais parvenir à raccrocher au wagon de tête.. Mouhamadou lui est titulaire et joue la majorité des rencontres, jusqu’au mois de février 2016. Écarté du groupe, il est en proie des problèmes personnels, par conséquent en accord avec le club il résilie son contrat.

Mais Mouhamadou aime trop le football et l’âge n’a pas d’effet sur lui. Il part donc pour Fréjus et retrouve la CFA. Il y jouera deux saisons complètes. Son expérience et son sens du jeu seront très appréciés.
Il réalise même l’exploit lors de la seconde, d’inscrire 6 buts en championnat, à 37 ans!

C’est le moment pour Doudou de découvrir de nouveau horizons. Il décide de partir pour l’île de la Réunion, et s’engage en faveur de l’AS Excelsior, l’un des clubs phares de la région.
Aux dernières nouvelles, il joue toujours au football, il a même permis à son équipe de remporter un match en novembre dernier sur le score de 2-1. En effet, Doudou y a inscrit un doublé. Oui Oui.

Toujours est-il qu’il mérite amplement sa place dans ce onze de la décennie. Il aura marqué, à l’image de son compère Jimmy Roye, les supporters mais aussi tous les membres du club, de part sa gentillesse, sa fidélité, et surtout ses incroyables qualités de footballeur.
Merci pour tout Doudou!

Nouveau petit bonus, ses deux buts et quatre passes décisives lors de la saison 2013/2014 (nous n’avons malheureusement pas pu remettre la main sur ses exploits des saisons précédentes):

LE 11 DE LA DÉCENNIE : JIMMY ROYE LE 11 DE LA DÉCENNIE : JUNIOR SAMBIA LE 11 DE LA DÉCENNIE : JIMMY ROYE LE 11 DE LA DÉCENNIE : JUNIOR SAMBIA
poujoulat_Chem_2017_sansBL_Frblanclogo macif v2logo graphic 2019 1 blancLogo CA blanclogo maif blanc v2erima blanclogo solnet blancLogo_Cachet_Giraudlogo_na_horiz_BLANC_2019Logo Departement blancLogo Ville de Niort blanclogo niort agglo blanc
Ensemble atteindre les sommets