Retour

LE 11 DE LA DÉCENNIE : NICOLAS PALLOIS

le 20 mars 2020
Nicolas-Pallois
Chamois Niortais FC

On termine les portraits de cette semaine avec cet épisode #4, et c’est Nicolas Pallois qui vient compléter la défense centrale.

Né à Elbeuf le 19 septembre 1987, il effectue ses début au club de Quevilly alors en CFA lors de la saison 2007/2008. Il y restera jusqu’en 2010 et fera notamment partie de la fantastique épopée du club en Coupe de France en 2009/2010, qui verra les amateurs, sous la direction de Régis Brouard, se hisser jusqu’en demie finale, en sortant consécutivement trois clubs professionnels: Angers, Rennes et Boulogne. Ils seront éliminés par le PSG sur la plus petite des marges, 0-1. Une aventure humaine incroyable qui aura marqué Nicolas comme ses coéquipiers.

Remarqué pendant cette compétition pour sa solidité, il saute trois marches à l’été 2010 pour signer à Valenciennes alors en Ligue 1. Malheureusement il jouera peu, seulement dix petites apparitions en championnat et les matchs de coupes. Et ce en grande partie lors de la première moitié de la saison. La seconde sera donc plus délicate à gérer avec très peu de temps de jeu. De plus il joue essentiellement au poste de latéral gauche.

Encore jeune, il est logiquement prêté la saison suivante à l’échelon inférieur, et rejoint le Stade Lavallois en Ligue 2. Les débuts sont délicats, il joue peu et perd progressivement sa place dans le groupe.
Mais ne se laissant jamais abattre, il reviendra lors de la seconde moitié de la saison et jouera même l’intégralité des quatorze dernières rencontres.

Le prêt se termine et il retourne à Valenciennes. Cependant le club nordiste ne compte plus sur lui, et son contrat initial de trois ans est résilié. Libre de s’engager où il le souhaite, c’est alors qu’il rejoint les Chamois Niortais, fraichement promus en Ligue 2. La belle histoire commence.

Nicolas est immédiatement titulaire dans la charnière centrale Deux-Sèvrienne aux côté de Frédéric Bong ou Djibil Konate. Ses capacités physiques impressionnent, sa hargne et ses projections vers l’avant  ne tardent pas à faire de lui un des chouchoux de René Gaillard. Malgré ces belles performances, la saison est compliquée pour les Chamois. Ils se sauveront en toute fin d’exercice notamment lors d’une victoire importantissime à Sedan. Devinez qui ouvre le score? Nicolas Pallois! Taille patron. Il ne manquera que trois rencontres de championnat cette saison là, pour accumulation de cartons jaunes à chaque fois. Une vraie saison pleine.

La saison suivante est celle de la confirmation. Une saison incroyable pour lui mais aussi pour le club. Un nouveau patron arrive pour jouer à ses côtés en défense en la personne du très expérimenté Eric Chelle. Le duo fonctionne à merveille. Ce groupe exceptionnel va même croire à la montée en étant sur le podium à sept journées de la fin. Inespéré pour l’un des plus petits budgets du championnat. C’est aussi lors de cette saison qu’il fera la connaissance de l’un de ses grands amis, le regretté Emiliano Sala.
Malgré tout ses efforts et ceux de ses coéquipiers, le club terminera à une très belle cinquième place. Nicolas fait encore mieux que la saison précédente en ne manquant que deux matchs, ratant au total seulement 196 minutes de championnat. Superbe régularité qui fera de lui l’un des meilleurs défenseurs de Ligue 2, et même le meilleur pour certains spécialistes.

Toujours disponible, Nicolas a gentiment accepté de répondre à nos questions au sujet de son élection dans le 11 type:

“Je suis content d’être dans le 11 vu qu’il y a beaucoup de joueurs de qualité qui ont joué aux Chamois. J’ai passé deux très belles saisons a Niort, j’ai pris du plaisir et aussi connu de belles personnes, dans le club comme chez les supporters. Je suis attaché a ce club et aujourd’hui je me sens bien. Je continue à prendre plaisir à Nantes et mon avenir je le vois là-bas. Apres le foot je ne sais pas encore .
Je passe le bonjour à tous les supporters du club et aux Chamois.”

Fort logiquement Nicolas est convoité en Ligue 1. Et à l’été 2014 il rejoint les Girondins de Bordeaux et retrouve l’élite du football français. Remplaçant lors de la première journée, il sera titulaire le match suivant et va impressionner le monde du football en délivrant une performance de très haut niveau, reléguant notamment Falcao au rang de simple attaquant lambda. Ce match sera décisif pour Nicolas qui ne quittera plus le onze. Il disputera trente-quatre matchs, sachant qu’il en loupera trois pour une blessure au pied. Indéboulonnable.

Suite à cette belle sixième place au classement il découvre la Coupe d’Europe la saison suivante avec en point d’orgue une titularisation face au Liverpool de Brendan Rodgers.
Il continue sur sa lancée en étant un titulaire incontestable, malheureusement il écopera d’une suspension de trois mois en novembre 2015 pour avoir bousculé un arbitre. S’en suit une blessure à l’orteil qui ne lui permettra de jouer que les quatre dernières rencontre de championnat. Mais cette suspension sera probablement l’une des raisons du refus du club de le prolonger.
Nicolas choisit alors de partir pour rejoindre un autre club du grand ouest: le FC Nantes.

Sous les ordres de Claudio Ranieri il sera automatiquement placé dans le onze. Une belle saison qui voit les Canaris terminer à la dixième place.
Été 2018, les choses se corsent. Miguel Cardoso prend les rennes de l’équipe, et Nicolas n’entre pas dans les plans de l’entraineur portugais et ne disputera pas la moindre minute de championnat. Un outrage notamment pour les supporters Nantais qui avaient adopté Nicolas. Heureusement pour lui, le technicien ne fera pas long feu et sera démis de ses fonction début octobre.
Vahid Halilhodzic arrive et replace immédiatement le solide défenseur à la place qu’il mérite, celle de titulaire. Il finira la saison comme les précédentes, parvenant même à inscrire deux buts.
Guerrier dans l’âme, il sera profondément marqué par la disparition de son ami Emiliano Sala en février 2019 mais cela ne l’empêchera pas de tenir sa place sur le terrain. Quelle force de caractère.
Cette saison ne déroge pas aux précédente et Christian Gourcuff lui fait pleinement confiance.

Aujourd’hui Nicolas est pleinement épanoui à Nantes comme vous avez pu le lire un peu plus haut. On ne peut que lui souhaiter le meilleur. Une chose est sure, “Monsieur Propre” comme le surnomment les supporters Nantais continuera de martyriser les attaquants adverses, et les supporters des Chamois Niortais ne sont pas prêts de l’oublier.

Cet article est dédié à la mémoire d’Emiliano Sala.

Retrouvez les quatre buts et deux passes décisives sous les couleurs de la Team Chamois!

LE 11 DE LA DÉCENNIE : JÉRÉMY CHOPLIN LE 11 DE LA DÉCENNIE : QUENTIN BERNARD LE 11 DE LA DÉCENNIE : JÉRÉMY CHOPLIN LE 11 DE LA DÉCENNIE : QUENTIN BERNARD
poujoulat_Chem_2017_sansBL_Frblanclogo macif v2logo graphic 2019 1 blancLogo CA blanclogo maif blanc v2erima blanclogo solnet blancLogo_Cachet_Giraudlogo_na_horiz_BLANC_2019Logo Departement blancLogo Ville de Niort blanclogo niort agglo blanc
Ensemble atteindre les sommets