Retour

FABRICE FONTAINE AVANT STRASBOURG

le 14 décembre 2016
DOMINO'S LIGUE 2

Fabrice bonjour. À une journée de la trêve, dans quel état se trouvent les organismes des joueurs?
Je pense qu’on arrive à la fin d’un cycle. Les organismes ont bien travaillé depuis le 20 juin.
On a connu une phase très compliquée en enchaînant des matches tous les trois jours il y a deux semaines.
On a récupéré entre-temps et on devrait terminer le mois de décembre dans des conditions correctes.

C’est en adéquation par rapport à ce que tu avais planifié lors de la préparation de cette saison?
Oui, même s’il y a toujours des impondérables: les conditions atmosphériques, les petits pépins musculaires, les déplacements qui se déroulent soit en bus soit en avion, etc.
La fatigue accumulée sur les semaines qui se succèdent modifie quand même un petit peu la stratégie mise en place au début.
On a une vision au départ, avec le staff. Après, il y a des victoires, des défaites, des matches qui sont retransmis à la télé, ça bouleverse un peu l’organisation des semaines. On essaie de s’adapter pour que le groupe soit sur un état de forme optimal jusqu’à fin décembre.

Quels joueurs sont à l’infirmerie aujourd’hui?
On a des blessés de longue date. On a quand même réussi à récupérer Tristan (Lahaye, NDLR).
On a Jo’ Brison qui revient petit à petit de sa cheville douloureuse. Ça mettra un peu de temps. Également Kévin Rocheteau, dont le coup reçu mettra aussi un peu de temps à guérir.
On devrait récupérer tout le monde le 30 décembre, quand on va reprendre.

Quels sont les intervenants et de quels outils disposez-vous pour leur procurer la meilleure condition possible?
Sur les cas extrêmes, on les oriente vers des professionnels de la santé. Que ce soit à Bordeaux ou sur Niort.
Après, on a le staff médical qui travaille avec machines isocinétiques. On a également des moyens de récupération telle la cryothérapie qu’on utilise depuis quelques années. On a les bains froids, la balnéothérapie, le sauna, les appareils concernant la récupération avec les kinés, avec les massages et la pressothérapie. Donc ça fait pas mal de moyens quand même afin d’optimiser la récupération.
Interviennent également un pédicure, des ostéopathes, une nutritionniste. Et des personnes avec lesquelles on peut travailler ponctuellement, qui peuvent aussi aider les joueurs à se soigner.

« ON EST VIGILANT SUR LA RÉCUPÉATION. »

Les joueurs auront-ils un programme personnalisé durant cette coupure?
On va d’abord les laisser récupérer cinq à six jours. Après, ils ont un programme adapté par rapport à la reprise qui aura lieu le 30 décembre. On les a distribués. Ils varient par rapport à ceux qui ont beaucoup de temps de jeu, ceux qui reviennent de blessure, etc. On a essayé de faire attention à tout ça.

La semaine de travail a-t-elle été adaptée avant le déplacement à Strasbourg?
On n’a pas changé grand chose entre cette semaine et la semaine dernière. On a juste fait attention à doser les charges de travail, diminuer le volume et garder toujours cette intensité. Mais on n’a pas changé énormément de stratégie. C’est un match comme un autre qu’on aborde.

Qu’a-t-il fallu le plus gérer?
On est vigilant sur la récupération. On est encore plus pointilleux, plus à l’écoute des joueurs. On essaie de les accompagner encore un peu plus.
On va chercher à pousser les organismes aussi, pour bien terminer les matches. On est proche d’eux. Le moindre petit pépin, on s’en occupe immédiatement, afin de garder le maximum de personnes disponibles pour permettre au coach de pouvoir faire ses choix et d’élaborer la bonne stratégie pour aller à Strasbourg.

QUE DEVIENS-TU JÉROME CELLIER ? JAKI-ALLEMAND, DUO GAGNANT QUE DEVIENS-TU JÉROME CELLIER ? JAKI-ALLEMAND, DUO GAGNANT
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets