Retour

JEAN-LUC VANNUCHI, ENTRAINEUR D’AUXERRE

le 3 mars 2016
Interview adversaire


Jean-Luc bonjour, comment jugez-vous le parcours de votre équipe à l’aube du sprint final?

Ce n’est pas suffisant. Nous sommes en déficit de points par rapport à l’objectif initial. Nous restons sur cinq matchs sans défaite mais nos trois matchs nuls s’assimilent à des échecs.

Pensez-vous que la montée est toujours possible pour l’AJA?

Oui. Le problème c’est que plus on laisse échapper des points au fil des matchs qui passent, plus nos chances se réduisent. La montée va être difficile mais nous allons prendre tous les risques match après match pour essayer de glaner autant de points que nous pourrons. Nous avons à cœur de terminer le plus haut possible au classement.

Vous allez jouer le Red Star, Metz et Lens au cours des cinq prochains matchs. Est-ce que les dés seront jetés au soir du 8 avril (soir de la 33eme journée)?

Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que nous allons commencer par recevoir les Chamois Niortais qui viennent de changer d’entraineur. Puis nous irons au Red Star. Si nous voulons espérer quelque chose, il nous faut prendre six points sur ces deux matchs.

Pensez-vous que votre classement final la saison dernière aurait été différent sans ce formidable parcours en Coupe de France?

Bien évidemment. Nous avons été hors-jeu pour la montée à la 32ème journée je crois. A partir de là les 5 derniers matchs nous ont permis de préparer tactiquement notre finale du 31 mai contre le PSG.

Comment jugez-vous la situation à Niort?

C’est une situation difficile, que ce soit pour Régis ou pour le club. Niort est une équipe qui aime jouer mais qui est en difficulté en ce moment. Une saison se joue à très peu de choses. Pour preuve le match aller à René Gaillard que nous gagnons 3 à 2. A la mi-temps nous rentrons aux vestiaires avec l’avantage mais il s’en faut de très peu pour que Niort revienne au score et puisse l’emporter en seconde mi-temps. Ils ont peut-être certaines lacunes défensives mais je crois que c’est surtout leur attaque qui n’est pas assez performante jusqu’à maintenant. J’espère d’ailleurs que ce sera le cas encore ce vendredi. Je pense que leur ratio occasions-buts n’a pas été suffisant cette saison.

Diaw et Seck absents, Gragnic encore juste, c’est un peu la classe biberon votre milieu de terrain non?

Oui en effet, mais c’est un peu le cas à Niort aussi je crois, avec pas mal de joueurs qui découvrent la Ligue 2. Auxerre est un club formateur et mon président dit souvent que c’est l’ADN du club. Nous nous devons d’intégrer régulièrement des jeunes en équipe première. Le week-end dernier par exemple, face au Paris FC je remplace Konate (né en 1996) par Kilic (né la même année). Faire jouer des jeunes fait partie de la politique de la maison et on se doit de continuer comme ça.

Quelles vont être les clés du match vendredi soir?

Sans faire offense à Niort ni à quiconque, nous avons obtenu nos 41 points en nous concentrant d’abord sur nous-mêmes. Bien sûr que nous observons nos adversaires mais ce que nous savons c’est qu’il nous faut marquer un but de plus qu’eux, c’est tout.

Lilian Laslandes (entraineur des attaquants aux Chamois) nous a raconté avoir vu Guy Roux à l’époque venir récupérer des joueurs en boite de nuit. Depuis 10 ans que vous entrainez, l’avez-vous déjà fait?

Non pas du tout. A ces heures-là je dors.


Propos recueillis par Jérôme HENRI

ALEXANDRE BONNET, JOUEUR DU HAVRE JEAN-LUC VASSEUR, ENTRAINEUR DU PARIS FC ALEXANDRE BONNET, JOUEUR DU HAVRE JEAN-LUC VASSEUR, ENTRAINEUR DU PARIS FC
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets