Retour

ALEXANDRE BONNET, JOUEUR DU HAVRE

le 25 février 2016
Interview adversaire


Alexandr
e bonjour. Fort de deux victoires consécutives, c’est avec un moral gonflé à bloc que le HAC se déplace à Niort ce vendredi?

Oui complètement. Notre mois de janvier a été un peu difficile car nous n’avons pas obtenu les résultats escomptés contre des adversaires directs. Les victoires sur les deux derniers matchs nous ont donc relancés dans ce championnat. Suite à quoi nous venons à Niort avec le plein de confiance, pour essayer d’entamer de la meilleure des manières la dernière ligne droite.

Vous semblez toutefois souffrir de quelques lacunes dans le jeu, selon les dires de votre capitaine. Quel est ton point de vue?

Le football est loin d’être une science exacte. Nous avons parfois réalisé de gros matchs, notamment contre de grosses équipes, sans les gagner. Il est vrai que nous n’avons pas montré un football extraordinaire sur ces deux derniers matchs mais nous avons su prendre les points. Il faut savoir faire le dos rond dans ces moments-là. Nous avons su mettre en avant d’autres qualités que le beau jeu, d’autres vertus comme la solidarité ou l’abnégation. En Ligue 2 ces valeurs sont malheureusement aussi – voire plus – importantes que le beau jeu parfois.

Comment ont été perçus les changements suite à l’arrivée de votre nouveau coach (Bob Bradley) en fin d’année dernière?

Ce changement a été assez radical, même s’il est venu avec deux adjoints français. Malgré les problèmes de langue son message est plutôt bien passé. Nos bons résultats depuis quelques mois sont le fruit du travail que nous réalisons avec lui.

En tant qu’ancien Chamois, quel regard portes-tu sur notre équipe?

Je regarde en effet leurs résultats et je constate qu’ils ont un peu plus de difficultés que les saisons précédentes. Mais Niort a toujours produit du beau jeu et je sais qu’il est toujours difficile de les manœuvrer er de gagner chez eux. D’ailleurs, depuis que je suis au Havre, je ne me souviens pas les avoir battus à René Gaillard en championnat. Je pense qu’ils vont devoir lutter jusqu’au bout pour le maintien, dans ce championnat qui à chaque journée réserve son lot de surprises.

Tu es natif de la Vendée. Auras-tu de la famille et des amis présents dans les travées du stade René Gaillard pour te supporter?

Oui, comme à l’accoutumée. Si je suis bien du déplacement je devrais retrouver au stade mes parents, de la famille et des amis proches qui font toujours le déplacement.

Avec des objectifs différents, les deux équipes se doivent de l’emporter vendredi. Dans quels domaines faudra t-il surclasser l’adversaire pour gagner ce match?

Pour nous il va s’agir de continuer sur notre élan, c’est-à-dire garder un bloc compact avec une grosse envie et une solidité défensive. Sur cette base on parvient toujours à se créer des occasions et à être réalistes offensivement. A l’abord de ce dernier tiers du championnat nous avons déjà géré pas mal de scenarios différents, ce qui nous a fait gagner en maturité. Mais il va falloir encore monter d’un cran notre niveau de jeu si l’on veut accrocher une place sur le podium.

Vous allez rencontrer trois mal classés à la suite puis vous recevrez deux fois consécutivement au stade Océane. Est-ce un programme favorable?

Le passé nous a montré que nous n’étions pas forcément plus à l’aise face aux mal classés. Nous préférons les équipes qui produisent du jeu plutôt que celles qui le refusent. A l’image de Créteil la semaine dernière, les équipes regroupées défensivement sont très difficiles à manœuvrer. Je ne pense donc pas que notre calendrier soit plus favorable qu’un autre. Tous les matchs vont être compliqués.

Tu joues déjà ta 7ème saison avec le HAC, souhaites-tu y rester jusqu’au terme de ta carrière?

Il est prématuré de répondre à cette question. Je me sens encore en forme et j’ai encore plusieurs années devant moi comme footballeur professionnel. J’ai trois ans de contrat au HAC, après avoir prolongé l’été dernier. Mais le foot est tellement compliqué qu’on ne peut jamais savoir à l’avance ce qui peut se passer d’une saison à l’autre. Je préfère ne pas faire de prévision sur le futur. Une chose est sûre, je me plais toujours beaucoup ici.

 

Propos recueillis par Jérôme HENRI

CORINNE DIACRE, ENTRAINEURE DE CLERMONT JEAN-LUC VANNUCHI, ENTRAINEUR D’AUXERRE CORINNE DIACRE, ENTRAINEURE DE CLERMONT JEAN-LUC VANNUCHI, ENTRAINEUR D’AUXERRE
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets