Retour

DENIS ZANKO ENTRAÎNEUR DE LAVAL

le 28 janvier 2016
Interview adversaire


Denis bonjour, cette 11ème place au bout de 22 journées correspond-elle à vos attentes?

Il s’agit d’une photographie de l’instant. Le classement bouge au gré d’une ou deux victoires ou défaites. Il n’y a rien de figé aujourd’hui, même si ça commence à se dessiner notamment vers le haut du tableau. Mais pour le reste il y a beaucoup d’homogénéité dans ce championnat, donc la 11ème place actuelle n’est pas forcément révélatrice de ce qui se passera au final.

Avez-vous des regrets par rapport aux prestations de votre équipe?

Non. Nous sommes, tous les clubs, à la recherche d’une régularité. Evidemment, par ci ou par là, on aurait aimé que ça bascule plus dans notre sens. Globalement on se trouve dans ce qu’on est capables de faire. En tout cas, en championnat, les résultats sont toujours très très serrés.

Quel est l’objectif initial fixé par vos dirigeants?

L’objectif c’était que l’équipe progresse. Individuellement pour les joueurs qui nous ont rejoints, et collectivement dans notre expression générale. Donc là aussi nous sommes toujours à la recherche d’une forme de régularité et de progression. En terme d’objectif chiffré, je crois qu’il serait très aventureux de s’avancer dans des pronostics précis. Pendant certains matchs on peut estimer avoir intégré certains paramètres, et puis il y en a d’autres durant lesquels on retombe dans certains travers. Voilà pourquoi la régularité, notamment en ce début d’année, n’est pas toujours au rendez-vous.

Vous être intraitables à domicile, en revanche vous éprouvez des difficultés à l’extérieur…

C’est une tendance qui s’est inversée. En début de saison on avait pris la mauvaise habitude de perdre une série de matchs à la maison et d’être performants à l’extérieur. Et là, dernièrement, c’est tout le contraire. Je parlais de la régularité qui doit être la nôtre. Nous avons réussi à inverser cette tendance mais il n’y a rien d’acquis ni de figé dans cette situation.

Au match aller vous vous étiez imposés au stade René Gaillard. Quels souvenirs en gardez-vous?

Déjà je me souviens que c’était le troisième match d’une série, après un match de Coupe de la Ligue. On avait quelques interrogations au niveau de notre récupération. Nous avions eu l’opportunité de marquer en début de seconde période avant une fin de match aux forceps, car on avait été bousculés par Niort en fin de rencontre.

Nos Chamois Niortais viennent de subir deux grosses claques consécutives. A quel type de rencontre vous attendez-vous?

Effectivement il y a leur défaite en Coupe de France à la dernière minute, et ensuite certainement le contrecoup face à Evian. J’ai aussi en mémoire une victoire à Sochaux huit jours avant (3-2). Jouer contre cette équipe niortaise n’est jamais une chose aisée. Je reste convaincu qu’il y a toujours, après ce genre de déconvenues, un sursaut d’orgueil et une volonté de réagir.

 

Propos recueillis par Bruno AHIME

 

ERIC BECKER ENTRAÎNEUR DE SARRE-UNION PABLO CORREA, ENTRAINEUR DE NANCY ERIC BECKER ENTRAÎNEUR DE SARRE-UNION PABLO CORREA, ENTRAINEUR DE NANCY
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets