Retour

HERVE DELLA MAGGIORE ENTRAÎNEUR DE BOURG EN BRESSE

le 30 novembre 2015
Interview adversaire

 

Hervé bonjour, vous êtes l’entraîneur de Ligue 2 qui est depuis le plus longtemps en place. Y avez-vous pensé?

A vrai dire non. Mais je mesure aujourd’hui le chemin parcouru. Quand je suis arrivé à la tête de l’équipe en 2008, on jouait en CFA2. J’ai connu trois montées et aujourd’hui nous sommes en Ligue 2. On a progressé d’année en année, on a réussi à franchir des paliers. C’est forcément assez plaisant.

Etre également entraîneur du premier club professionnel de l’Ain, est-ce une fierté?

Bien sûr, surtout que je suis natif d’ici. C’est une fierté à titre personnel, mais surtout celle d’un club et d’un département. Ce n’est pas le fait d’un simple entraîneur, c’est une globalité. Si on en est là aujourd’hui, c’est que certaines décisions prises ont dû être les bonnes. Notamment aux niveau des travaux qui ont été réalisés pour qu’on puisse évoluer dans les meilleures conditions.

Le fait de rencontrer prochainement l’Olympique de Marseille en Coupe de la Ligue peut-il perturber vos joueurs au niveau du championnat?

C’est possible, mais on essaie de se préserver de tout ça en alertant les joueurs. On en possède deux ou trois d’expérience qui sont là pour recadrer tout ça. On sait que notre objectif principal reste le maintien. Mais un tel tirage reste une belle récompense pour tout le monde, pour la ville de Bourg. Après avoir éliminé Nantes, on a tout le temps de penser à Marseille.

Comment avez-vous vécu votre lourde défaite (0-5) à Metz?

Forcément très mal. Quand on en prend cinq on n’est jamais content. Ce soir-là tous les éléments nous ont été contraires. Il faut donc relativiser, même si on n’a pas fait le nécessaire pour mettre Metz plus en difficulté. Mais l’important c’est d’avoir conservé notre écart avec le premier relégable.

Votre excellent début de saison doit largement satisfaire vos attentes…

Il est même au-delà de nos espérances car nous avons abordé ce championnat avec beaucoup d’incertitudes. Tout le monde découvre ce niveau: joueurs, staff, dirigeants… Pour nous tous il s’agissait d’une grosse inconnue. Notre recrutement a été effectué avec des joueurs de niveaux inférieurs. Et quand en plus on démarre par deux défaites… Heureusement on a vite pris conscience qu’on avait le niveau et qu’on pouvait rivaliser avec toutes les équipes.

Que connaissez-vous des Chamois Niortais?

A vrai dire pas grand-chose, comme la plupart des autres équipes. Je les découvre en les visionnant par vidéo et en les observant. Niort est une équipe typique de Ligue 2 qui se stabilise à ce niveau depuis plusieurs saisons, avec ses moyens qui sont supérieurs aux nôtres. C’est une équipe à l’inverse de la nôtre. Très hermétique et bien organisée défensivement, mais qui connaît quelques difficultés au niveau de l’efficacité. Mais ils n’ont perdu qu’une seule fois à l’extérieur, c’est dire leur solidité. Ils possèdent des joueurs expérimentés que nous n’avons pas.

A quel type de rencontre vous attendez-vous ce mardi soir?

J’attends déjà qu’on se réhabilite par rapport à notre défaite concédée à Metz. Ce sera un match compliqué, comme tous les autres. L’idéal serait d’ouvrir le score, ce qui nous permettrait de nous procurer quelques espaces. Car je pense que Niort ne nous en laissera pas beaucoup.

 

Propos recueillis par Bruno AHIME

 

 

STEVE MARLET DIRECTEUR SPORTIF DU RED STAR LUIGI GLOMBARD, ATTAQUANT DES HERBIERS STEVE MARLET DIRECTEUR SPORTIF DU RED STAR LUIGI GLOMBARD, ATTAQUANT DES HERBIERS
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets