Retour

PABLO CORREA ENTRAÎNEUR DE NANCY

le 10 septembre 2015
Interview adversaire

 

Pablo bonjour. Metz premier, Nancy deuxième, cette rivalité lorraine vous tire-t-elle vers le haut?

Je n’y attache pas une énorme importance. Cette rivalité entre voisins date depuis très longtemps. Pour beaucoup elle est présente dans les têtes. Mais on ne joue pas par rapport à Metz, mais contre dix-neuf équipes.

Quoiqu’il en soit votre début de saison réussi semble correspondre à vos attentes…

Oui c’est un bon début, bien évidemment. Il est important de bien démarrer mais il faut également bien continuer et bien terminer, pour au final réaliser un bon championnat. Notre parcours est très bon malgré notre accroc initial face à Tours, où malgré notre domination nous n’avons pas réussi à marquer. Il y a également le fait que très peu de joueurs ayant connu la descente de Ligue 1 il y a trois ans sont encore là. Le groupe n’est pas traumatisé.

Jugez-vous votre recrutement satisfaisant?

Pas parce que je suis un éternel insatisfait, mais pour être honnête, j’aurais voulu un défenseur central et un attaquant supplémentaires. Il faut anticiper les problèmes pouvant survenir tout au long d’une saison. On n’est pas encore en hiver, mais ici il fait froid et les organismes peuvent être touchés. On n’a pas eu de départs non souhaités, il faut s’en contenter. Économiquement on ne pouvait pas recruter ces deux joueurs et aujourd’hui nous sommes au complet.

Quels objectifs vous ont fixés vos dirigeants?

On les imagine facilement, même si le président (Jacques Rousselot, actionnaire majoritaire) ne me le dit pas ouvertement. Je suis arrivé à Nancy lorsque le club se trouvait parmi l’élite. Et quand on y a goûté, on aimerait y retourner. Dès cette saison? Aujourd’hui il est précipité de parler de montée puisqu’on ne connaît pas encore la réelle valeur des équipes. Cela dit notre budget ne peut pas nous empêcher d’y prétendre. Alors faisons le meilleur championnat possible pour y parvenir!

Ce championnat semble plus homogène que la saison dernière, est-ce également votre avis?

Personnellement je trouve ce championnat très équilibré et très difficile. Ça ne me surprend pas. Les équipes travaillent bien et malgré les différences de budget les masses salariales s’équilibrent. Les clubs ne sont pas loin les uns des autres en ce qui concerne également la formation. Rappelez-vous quand Monaco était en Ligue 2 il n’y a pas si longtemps. Ils avaient bâti une équipe de Ligue 1 mais ne sont montés qu’à la dernière journée. Ils n’avaient pas dominé le championnat de A à Z.

Quelles équipes voyez-vous sur le podium en mai prochain?

Non, pas de favori. Regardez les équipes de Ligue 1 qui descendent. Elles sont souvent touchées psychologiquement et ont du mal à rebondir. A contrario, et il y a eu plein d’exemples, un promu de National peut parvenir à continuer sur  la même dynamique. C’est la force d’un groupe. Beaucoup trop de choses entrent en jeu pour qu’on puisse se prononcer.

A l’instar de Lens, Sochaux ou encore Evian, Niort tarde à démarrer et n’a toujours pas gagné. A quel type de rencontre vous attendez-vous vendredi soir?

Ce sera très compliqué. Les équipes ne parvenant pas à gagner finissent par toutes y arriver un jour. J’espère simplement que pour Niort ce ne sera pas chez nous. Niort a du mal à décoller et son début de championnat n’est pas en adéquation avec ses matchs amicaux. Mais je ne me projette pas dans cette logique. Je ne nous mets pas dans la peau d’un favori. Je sais pertinemment qu’avant le match tout peut s’équilibrer.

Vous êtes à la fois compatriote et ami de Juan Larre, responsable de l’école de foot du CHAMOIS NIORTAIS FC. Pourriez-vous nous décrire le joueur qu’il était (pour nos plus jeunes lecteurs)?

Si je devais le décrire par un seul mot, ce serait élégant. Il était très technique mais avait aussi une part d’agressivité dans son jeu. Juan faisait des choses paraissant faciles mais qui en réalité étaient très compliquées. Comme il est un peu plus âgé que moi, j’allais le voir jouer à Bella Vista de Montévidéo.

 

Propos recueillis par Bruno AHIME

 

 

 

 

DENIS ZANKO ENTRAÎNEUR DE LAVAL JOSE PASQUALETTI ENTRAÎNEUR DE NÎMES DENIS ZANKO ENTRAÎNEUR DE LAVAL JOSE PASQUALETTI ENTRAÎNEUR DE NÎMES
Réactions
  • Phil 79, le 10 septembre, 2015 à 18:25 :

    SUPER ITW d’un SUPER ENTRAINEUR.
    ALLEZ CHAMOIS

Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets