Retour

DENIS ZANKO ENTRAÎNEUR DE LAVAL

le 27 août 2015
Interview adversaire

 

Denis bonjour, à quoi attribuez-vous votre bon départ en championnat?

On a fait une bonne préparation, même si les résultats des matchs amicaux n’étaient pas tous au rendez-vous. Mais il y avait des explications: le groupe n’était pas complètement constitué et nous avions surtout la volonté d’être prêts pour la première rencontre de championnat face au Paris FC. En même temps il faut faire preuve de beaucoup d’humilité parce que la plupart des matchs se sont joués sur des détails, dans les cinq dernières minutes. Nous avons forcé la réussite pour aller chercher des résultats positifs quasiment à la fin des matchs. Ces bons résultats, je les attribue à l’état d’esprit qui anime ce groupe très travailleur.

L’intersaison et la préparation se sont déroulées comme vous le souhaitiez?

On a eu des mouvements dans notre effectif, pas mal de joueurs en fin de contrat. Le premier chantier a été de conserver certains joueurs, ce qui a été fait dans la plupart des cas. Notre secteur offensif était à rebâtir, et là ça a été un gros travail prenant du temps. Vous savez que nos moyens ne sont pas pléthoriques et, pour se renforcer dans le secteur offensif, c’est toujours un petit peu compliqué. Des garçons sont arrivés un peu plus tardivement mais globalement notre recrutement est en accord avec nos souhaits et nos moyens.

En cette fin de mercato doit-on s’attendre à d’ultimes mouvements au sein de votre effectif?

A priori non, à moins d’une opportunité exceptionnelle. Aujourd’hui nous avons trouvé un équilibre dans notre effectif et il ne devrait pas bouger.

Quelles sont les qualités principales de votre groupe?

C’est un groupe qui s’est construit dans la difficulté il y a déjà deux saisons en arrachant un maintien à la dernière journée contre Metz. On a poursuivi avec un noyau dur toute une saison dernière, et on a souvent loué l’état d’esprit de cette équipe. Progressivement, en s’appuyant sur ce socle, nous avons trouvé des fondamentaux dans le jeu qui me paraissent aujourd’hui satisfaisants. Mais je le répète nous faisons preuve de beaucoup d’humilié car nous avons conscience de la difficulté de ce championnat et du fait que tous les matchs se jouent à très peu de chose.

En quoi votre équipe peut-elle encore progresser?

Un de nos axes de travail est de se dire qu’on peut encore avancer, notamment dans notre capacité à prendre le jeu à notre compte. il nous faut également devenir plus hermétiques car nous avons quand même pris pas mal de buts depuis le début de la saison.

Vous étiez venus infliger une correction aux Chamois Niortais lors de la dernière journée du précédent exercice. Quels souvenirs gardez-vous de cette rencontre?

Nous étions très très mal rentrés dans ce match. On avait été mis sous pression, et la première fois qu’on était sortis on avait réussi à ouvrir le score, ce qui nous avait libérés. C’était un match à priori sans enjeu mais, puisqu’on parlait de l’état d’esprit du groupe, je crois que ça a été assez révélateur. Jusqu’à la dernière seconde du match, on a senti la volonté de cette équipe pour ne pas prendre de but. Et malgré le fait qu’on soit sauvés depuis sept ou huit journées, on a voulu finir en beauté. Dans un contexte qui n’est pas facile car aller s’imposer à Niort ce n’est jamais simple. On garde forcément un très bon souvenir de notre déplacement à Niort, tout en sachant qu’il s’agissait d’un match de fin de saison.

Vos objectifs sont-ils plus élevés que ceux de la saison dernière?

Ce sont les mêmes, à savoir avant tout voir mon équipe progresser et mes joueurs prendre du plaisir à faire les choses ensemble. J’ai récupéré pas mal de jeunes ou des garçons qui ont besoin de se reconstruire. Il y a un gros travail à faire pour que tout le monde avance. On en est aux prémices de la saison, il faut construire là-dessus.

Niort n’a toujours pas gagné un match. A quel scénario vous attendez-vous vendredi soir?

Si je m’en réfère à leur match contre Sochaux, c’est un match qu’ils auraient pu remporter eu égard au contenu. Je sais que ça va être un match très compliqué, d’autant plus que nous avons joué 120 minutes en Coupe de la Ligue mardi soir (avec au bout du compte une qualification aux tirs au but sur la pelouse de l’AC Ajaccio). Votre équipe aura nécessairement un peu plus de fraîcheur et aura la volonté de bien faire devant son public. Nous sommes assez bien placés pour en parler puisque l’année dernière nous avions attendu six ou sept journées avant de remporter notre première victoire. Ce qui ne nous avait pas empêchés de réaliser une très bonne saison au bout du compte.

 

Propos recueillis par Bruno AHIME

 

 

SAFET SUSIC ENTRAÎNEUR D’EVIAN THONON GAILLARD PABLO CORREA ENTRAÎNEUR DE NANCY SAFET SUSIC ENTRAÎNEUR D’EVIAN THONON GAILLARD PABLO CORREA ENTRAÎNEUR DE NANCY
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets