Retour

OLIVIER ECHOUAFNI ENTRAÎNEUR DE SOCHAUX

le 30 avril 2015
Interview adversaire

 

Olivier bonjour. A 4 journées de la fin vous pointez à six longueurs du podium, ce dernier vous semble-t-il encore accessible?

(Sourire) Mathématiquement oui. Après, il faut savoir que notre goal average ne plaide pas en notre faveur. En tous les cas on ne lâchera pas, il faut toujours y croire.

A quoi attribuez-vous ce coup de moins bien lors des trois dernières journées?

Vous savez, on est un peu comme toutes les équipes. On arrive en fin de saison, on a beaucoup donné. Tout le monde a des objectifs. Certains jouent pour la montée, d’autres pour le maintien, donc les équipes s’accrochent. Nous aussi. Il reste quatre journées et on va faire en sorte de terminer le plus haut possible.

La montée était elle l’objectif prioritaire en début de saison?

Disons qu’un club comme le FC Sochaux Montbéliard se doit de participer à l’élite. Le but, c’est bien évidemment de retrouver la Ligue 1 dès que possible. Après, il y a eu des paramètres qui nous un peu ralentis. On a connu un début de saison compliqué, un mercato agité, la reprise du club, etc… Aujourd’hui, même si nous ne sommes pas maîtres de notre destin, on reste en course.

Quel est pour le moment votre plus grosse satisfaction cette saison?

C’est justement d’avoir su amener le groupe là où il en est aujourd’hui. Ce n’était pas gagné d’avance mais tout le monde a répondu présent et y a mis du sien. Collectivement, je suis satisfait de l’état d’esprit.

Avez-vous quelques regrets?

On en a toujours forcément un peu. Bon, aujourd’hui le championnat n’est pas terminé. Mais si on ne devait pas finir dans les trois premiers, il y aurait un peu de frustration. Parce qu’on n’est pas si loin que ça finalement… Pour l’instant, on n’est pas dans cet état d’esprit. On fera les comptes à la fin.

Quelques mots sur l’éventuelle reprise du club par le groupe chinois Ledus?

Je préfère ne pas m’aventurer sur ce terrain. Ce que je sais, c’est qu’aujourd’hui on est en pleines tractations. Mon domaine c’est le sportif, le reste c’est le travail des dirigeants. Je fais en sorte que les joueurs restent concentrés.

Vous allez recevoir les Chamois Niortais chez qui vous vous étiez imposés au match aller. Quels souvenirs gardez-vous de cette rencontre?

Cela avait été un match très difficile. Je me souviens qu’à dix contre onze les Niortais avaient réussi à nous mettre en difficulté. Même si à l’époque ils étaient moins bien qu’aujourd’hui, ça reste une équipe très bien organisée, avec des joueurs de talent. 

Est-ce plus compliqué de rencontrer ce type d’adversaire n’ayant plus rien à perdre ou à gagner?

A ce stade de la compétition tout le monde veut valider sa saison du mieux possible. Et ce n’est pas parce qu’elle n’a plus d’objectif concret qu’une équipe est plus ou moins difficile à affronter. On est un peu dans la même situation. On jouera également libérés.

A quel type d’opposition vous attendez-vous?

A une équipe qui vient de gagner 3-0 et qui est en confiance. Mis à part leur défaite à Tours les Niortais restent sur une très bonne dynamique. Eux aussi ont connu des débuts difficiles. Et le fait d’avoir réussi à s’en sortir démontre une grosse solidité.

 

Propos recueillis par Bruno AHIME

 

 

 

 

CEDRIC DAURY ENTRAÎNEUR DE CHÂTEAUROUX JEAN-LUC VANNUCHI ENTRAÎNEUR D’AUXERRE CEDRIC DAURY ENTRAÎNEUR DE CHÂTEAUROUX JEAN-LUC VANNUCHI ENTRAÎNEUR D’AUXERRE
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets