Retour

OLIVIER DALL’OGLIO ENTRAÎNEUR DE DIJON

le 12 février 2015
Interview adversaire

 

Olivier bonjour, le classement actuel de votre équipe correspond-il à vos attentes?

Oui tout à fait, je suis très satisfait de ce classement. On n’avait pas prévu de se trouver en si bonne posture à cette date. Au début on ne savait pas trop où on allait. On va continuer à essayer de se maintenir comme ça jusqu’au bout. Mais à ce jour il s’agit d’une agréable surprise.

Comment expliquez-vous votre récente mauvaise série avant de renouer avec la victoire en fin de match face à Sochaux le week-end dernier?

Dans un premier temps par le départ de Julio Tavarez à la CAN. Il nous a fait cruellement défaut. Après la période trouble du mercato, sur certains matchs on a manqué également d’un peu de chance. Celle qui peut faire basculer un match d’un côté comme de l’autre. Puis une perte de confiance s’est installée, mais aussi un manque de caractère. 

Quels mots avez-vous trouvés pour remettre votre équipe sur les bons rails?

On a pas mal discuté effectivement, mais surtout travaillé sans relâche dans le but de corriger nos erreurs sur les buts que nous encaissions. On a manqué de concentration et eu des sautes d’humeur payées très cher.

Vos ambitions sont-elles toujours de retrouver la Ligue 1?

Oui bien sûr, surtout par rapport à la période actuelle. On joue la seconde partie du championnat et on reste très ambitieux au vu de notre classement. On compte rester en haut le plus longtemps possible et nous mêler au sprint final.

Vous devrez composer désormais sans votre meilleur buteur Romain Philipoteaux (parti à Lorient). N’est-ce pas trop préjudiciable?

Romain nous a apporté beaucoup en tant que buteur mais également comme passeur. Son départ fait partie du foot. Il y a un côté sportif mais également économique. On a récupéré Florian Raspentino, qui est un joueur avec d’autres caractéristiques. A moi de composer avec ces éléments. Ça ne s’est pas trop mal passé contre Sochaux. 

Au match aller vous aviez battu Niort dans les tous derniers instants du match. Vous attendez-vous à une équipe revancharde?

Très certainement. Au match aller on avait eu beaucoup de mal à manœuvrer cette équipe niortaise, et notre victoire était quasi inespérée. Un match nul n’aurait pas été illogique. La chance a tourné de notre côté et on a enchaîné. Niort vit aujourd’hui à contrario une situation plus compliquée.

Redoutez-vous un secteur particulier chez les Niortais?

Si je devais en ressortir un, je dirais la qualité de leur milieu de terrain. Niort possède à ce niveau des joueurs très mobiles qui aiment jouer au ballon. C’est dans ce secteur que nous devrons nous montrer très attentifs.

Les Chamois Niortais peinent à s’imposer à domicile. A quel type de rencontre vous attendez-vous?

Forcément à un match difficile. Il y a une mobilisation générale par rapport à la situation compliquée qu’ils sont en train de vivre. Ils accusent sûrement un déficit de confiance. C’est une équipe qui avait beaucoup de talent la saison dernière, elle en a encore. L’effectif n’a pas été trop bouleversé.

Vous avez récemment été placé en garde à vue dans le cadre de soupçons de matchs truqués. Qu’en est-il ressorti?

Mon nom a été cité dans certaines conversations. Je suis un ancien Nîmois et je connais tous les protagonistes liés à cette affaire, donc à partir de là on a voulu m’entendre à part. J’ai été placé en garde à vue, bien qu’à mon sens être entendu comme témoin aurait été suffisant. J’ai trouvé ça un peu lourd. Il y a eu un gros battage médiatique autour de mon audition, mais rien lorsque j’en suis ressorti innocent! J’ai vécu ça comme une expérience. Un peu lourde certes, mais qui me rend encore plus humble. On se rend compte que tout peut basculer dans le mauvais sens très vite. Ce qui est « pagnolesque », c’est que la rencontre visée, je l’ai gagnée 5 à 1! Alors que je suis sensé l’avoir perdue pour qu’on me reproche quelque chose. A partir de là, tout a été facile à démontrer. Ce fut beaucoup de temps de perdu, car j’y suis resté deux jours! J’ai dû attendre que tout le monde sorte. Moi j’ai été entendu à 6 heures du matin, d’autres dans la nuit… Ensuite j’ai été entendu par la Ligue. Mais que je sache, pour cette rencontre, je n’ai pas modifié mon équipe. Je n’ai pas changé mon gardien de but ou quelqu’un d’autre. Au final, on ne m’a absolument rien reproché, mais j’ai perdu beaucoup de temps.

 

Propos recueillis par Bruno AHIME

 

 

 

 

 

THIERRY GOUDET ENTRAÎNEUR DU HAVRE BERNARD CASONI, ENTRAINEUR DE VALENCIENNES THIERRY GOUDET ENTRAÎNEUR DU HAVRE BERNARD CASONI, ENTRAINEUR DE VALENCIENNES
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets