Retour

THIERRY GOUDET ENTRAÎNEUR DU HAVRE

le 22 janvier 2015
Interview adversaire

 

Thierry bonjour, quel effet cela procure de reprendre du service après six ans d’abstinence?

(Rires). Ah, ce n’est que du bonheur. C’est une grande joie pour moi que de retrouver les terrains. Le challenge qu’on me propose est très intéressant. Maintenant, il ne reste plus qu’à travailler pour atteindre les objectifs.

Avez-vous eu des difficultés à vous replonger dans le bain?

Pas du tout. Vous savez, les habitudes reviennent très vite. En plus le Havre est un club que je connais bien. J’y ai été joueur de 1991 à 1993, même si aujourd’hui beaucoup de choses ont changé. On dispose d’outils magnifique: le centre de formation, le nouveau stade Océane… Mais il reste toujours cette petite boule au ventre quand on reprend, c’est normal. Maintenant ça fait quatre semaines que je suis là, les choses comment petit à petit à se mettre en place.

Comment avez-vous occupé votre temps durant cette période sans terrain?

Après Créteil, je suis resté un an à chercher ce que j’allais faire. Et on a décidé avec ma femme de reprendre un commerce. Un Tabac Loto Presse dans la région lavalloise. Puis au bout de quatre ans, j’ai décidé de le vendre. J’ai commencé à me remettre dans le circuit comme on dit. L’opportunité du Havre s’est présentée avec le départ précipité d’Eric Mombaerts.

Comment s’est déroulée votre arrivée au Havre?

Je suis resté très proche de Jean-Christophe Thouvenel,  avec qui j’avais joué au HAC. Avec le projet de reprise, il a facilité la mise en en contact avec le président Louvel. Et les dirigeants se sont mis d’accord sur mon nom. J’ai été l’heureux élu.

Quels objectifs vous ont fixés vos dirigeants?

Obtenir rapidement le maintien. Après, bien évidemment, essayer de finir le plus haut possible. C’est légitime dans tous les clubs qui ont de l’ambition. On travaille dans ce sens.

Disposez-vous des moyens nécessaires pour les atteindre?

J’ai un groupe très réceptif. Mais comme je le répète aux joueurs, il n’y a que les résultats qui comptent. On se doit de gagner des matchs. La première partie de championnat avait été plutôt bonne, avant que les trois derniers matchs avant la trêve ne viennent ternir la série. Maintenant, les joueurs doivent digérer le changement d’entraîneur, de méthodes… Mais on espère tous retrouver notre forme du début de saison.

Vous connaissez bien les Deux-Sèvres pour avoir entraîné Thouars. Quels souvenirs en gardez-vous?

Que d’excellents souvenirs. On travaillait en parfaite osmose avec les dirigeants, le président  Philippe Morin, Gaby Banchereau… Et puis c’est ce qui m’a mis le pied à l’étrier en tant qu’entraîneur. A l’époque Thouars évoluait en National. Non vraiment, j’y ai passé trois belles années. Et puis nous avions à l’époque des rapports privilégiés avec les Chamois Niortais. J’avais de très bons rapports avec Joël Coué et le président Prévost. 

Quelle image avez-vous des Chamois Niortais version 2014/2015?

Je les ai plus vu jouer la saison dernière sous l’ère Pascal Gastien. Je sais qu’actuellement ils connaissent quelques difficultés et connaissent un manque d’efficacité. Même si je m’attends à un match très difficile, je prépare tous les matchs avec l’intention de les gagner. A Châteauroux et Ajaccio nous n’avons pas été récompensés et nous avons payé nos erreurs cash. Contre Niort nous devrons faire preuve de beaucoup de prudence et de vigilance, sinon on sera punis. Mais on a beaucoup discuté avec les joueurs, on a remis certaines choses en place pour gommer toutes nos petites imperfections.

 

Propos recueillis par Bruno AHIME

 

ALEX DUPONT ENTRAÎNEUR DE BREST OLIVIER DALL’OGLIO ENTRAÎNEUR DE DIJON ALEX DUPONT ENTRAÎNEUR DE BREST OLIVIER DALL’OGLIO ENTRAÎNEUR DE DIJON
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets