Retour

JOSE PASQUALETTI ENTRAÎNEUR DE NÎMES

le 6 novembre 2014
Interview adversaire

 

José bonjour, comment jugez-vous votre entame de championnat?

Je pense que l’on mériterait un peu mieux en terme de points. Mais on n’a pas su transformer certains matchs nuls en victoires. On manque encore de régularité dans nos performances. On travaille dans ce sens.


Vous connaissez actuellement un léger creux. La défaite à domicile face à Auxerre en est-elle la cause?

Disons que par rapport à notre début de championnat où nous sommes restés invaincus les six premières journées, cette défaite fait un peu tâche. Si nous avions réussi  à prendre un point contre Auxerre après nous être imposés à Tours, nous serions dans une situation plus confortable. Mais il faut savoir perdre, et surtout rebondir rapidement.


Vous allez rencontrer les Chamois Niortais qui présentent des statistiques et un profil quasiment similaires aux vôtres. Doit-on s’attendre à une rencontre fermée?

Non. Je m’attends avant tout à un match difficile. Contrairement à certaines personnes qui pensent que ce sera facile vu que Niort vient de perdre 4 à 1 contre Nancy. Niort est une équipe qui joue, avec de bons joueurs et un entraîneur qui revient un peu sur ses terres. Donc…


Pour pouvoir vous installer plus confortablement dans le classement, que vous manque-t-il?

Comme je vous le disais, de la régularité dans les performances. Dans ce championnat où il n’y a rien de facile, on est obligé d’obtenir des victoires pour vivre une saison moins stressante. 


L’apport d’un joueur expérimenté comme Maoulida doit vous aider, non?

Ah oui. C’est pour ça qu’on l’a pris. Même si actuellement il accuse un peu le coup vu la débauche d’énergie qu’il a déployée, ce qui est normal. C’est un joueur qui possède suffisamment d’expérience et de roublardise pour débloquer certaines situations compliquées.


En vous installant dans le fauteuil d’entraîneur, quels objectifs ont été fixés par vos dirigeants?

Dans un premier temps le maintien. Afin de pouvoir dans les deux ou trois saisons à venir pérenniser le club à ce niveau. Il ne faut pas oublier que la saison dernière, jusqu’à l’avant-dernière journée Nîmes n’était pas sûr de rester en Ligue 2. Aujourd’hui notre masse salariale est encadrée, ce qui fait qu’on ne peut pas recruter comme on veut. Un bon maintien pourrait nous permettre d’assainir également ce secteur.


Si vous ne battez pas Niort, y aura t-il péril en la demeure?

Avec des « si » vous savez, on peut envisager n’importe quoi. Je ne me projette pas du tout dans cet état d’esprit. On est orienté sur la rencontre contre Niort, qui sera difficile. Après, on verra…


Nîmes est une ville de football avec un riche passé. Ressentez-vous une attente particulière du public par rapport à cette histoire?

Evidemment il existe une grosse attente de la part des supporters. Même s’ils n’intègrent pas forcément tous les paramètres. A savoir une équipe très jeune, qui a été modifiée à 80%. Vous savez, Nîmes est une ville chaude où il règne beaucoup de passion et de ferveur. Comme d’autres villes du Sud, comme Marseille ou Bastia par exemple. Quand on vient ici, c’est un état de fait qu’on se doit d’intégrer.


Propos recueillis par Bruno AHIME

Credit photo Vincent CHAMBON

 

 

PABLO CORREA ENTRAÎNEUR DE NANCY FREDERIC BONG AVANT NÎMES PABLO CORREA ENTRAÎNEUR DE NANCY FREDERIC BONG AVANT NÎMES
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets