Retour

ALEXANDRE BOUCHARD AVANT TOURNEFEUILLE

le 9 novembre 2017
Bouchard
COUPE DE FRANCE

Alexandre bonjour. On a coutume de dire que la rencontre qui vous attend a tout du match piège. Qu’en penses-tu?
C’est vrai dans ce sens. Après, nous, on s’oblige à bien le préparer, à bien travailler.
Je pense que, cette semaine, on a vraiment préparé ce match comme si on jouait une Ligue 2.
On le sait, on le voit à chaque tour, il y a toujours des surprises. À nous d’aller chercher la qualification.

Que connaissez-vous de votre adversaire?
Nous, les joueurs, on s’est occupés de nos performances et de notre travail.
Après, je crois savoir que le coach a fait le nécessaire en ce qui concerne l’adversaire, et il nous fera une présentation avant le match.

Quel est le degré de motivation du groupe pour ce match de Coupe de France.
Le mental est présent. J’ai même entendu des leaders de l’équipe, qui comptent énormément de matches en Ligue 2, demander au coach de jouer. Ça prouve leur motivation. On a vraiment envie de gagner cette rencontre.

Tu vas être titularisé pour cette rencontre. Comment l’appréhendes-tu?
Avec beaucoup de sérieux.
Ça m’est déjà arrivé par le passé de disputer des matches de coupe de France. On a toujours envie, on a vu le beau parcours réalisé l’an passé et ça sert d’objectif. Le reproduire et, pourquoi pas, le dépasser sont sources de motivation.
Maintenant, à chaque tour on va garder notre concentration pour pouvoir passer et ensuite on verra.

« J’ADORE LES MATCHES DE COUPE. »

Quelles sont les qualités requises, quand on se trouve dans la peau d’un gardien numéro deux ou trois?
Je pense que c’est avant tout psychologique. Avoir un gros mental et garder une rigueur de travail au quotidien.
On sait qu’il y en a un qui joue et pour le reste, c’est difficile.
Maintenant, il faut se préparer aux entraînements comme si on était titulaire. Comme ça, le jour J, lorsqu’on fait appel à nous, on est prêts à répondre présents et à rendre de belles copies.
On s’attache à bien bosser, et, ici, c’est le cas.

Quels sont vos objectifs en Coupe de France?
Ils sont simples, dans la mesure où on a un coach qui a quand même fait un quart de finale. Il y attache beaucoup de valeur.
Moi, personnellement, également. J’adore les matches de coupe, j’ai envie d’aller le plus loin possible. J’ai regardé différents parcours, et en réaliser un comme Vannes a pu le faire, ça m’intéresse beaucoup.
Maintenant, on en est loin, mais il y a des équipes dans le passé qui l’on fait comme Calais ou Quevilly. C’est quand même sympa. Ça rajoute du piment à une saison, et ça peut permettre à certains qui ont un peu moins de temps de jeu de montrer leur valeur. Ce qui est quand même intéressant.

Comment doit-on aborder ce type de rencontre?
Ne pas prendre l’adversaire de haut, pour commencer. Et garder une concentration intacte et régulière. Ne pas manquer d’envie, ni de rigueur. Mais, à ce jour, je ne l’ai jamais constaté.
On sait que l’adversaire va tout donner, ce qui est normal. Mais on est prêts à ça aussi. On se déplacera pour ramener la qualification.

DES NOUVELLES D’ARTHUR DESMAS REVIVRE UNE BELLE AVENTURE DES NOUVELLES D’ARTHUR DESMAS REVIVRE UNE BELLE AVENTURE
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo CAN blanc
Ensemble atteindre les sommets