Retour

SOUVENIRS AVEC DAMIEN DA SILVA

le 1 février 2018
Damien Da Silva aux Chamois
Actualités

À quelques jours de nouvelles retrouvailles entre les Chamois et les Girondins de Bordeaux en Coupe Gambardella, entretien avec Damien Da Silva, ancien de la maison passé par les deux clubs.

Damien bonjour. Tu as suivi ta préformation aux Girondins de Bordeaux, puis ta formation aux Chamois Niortais. Quels souvenirs gardes-tu de ton passage dans ces deux clubs?
J’ai commencé le football aux Girondins à l’age de 5 ans, donc des souvenirs, j’en ai beaucoup. Des tournois internationaux de jeunes, de la préformation sur 2 ans avec une ambiance formidable, et bien sûr le souvenir du Haillan, avec le château et la plaine, où toutes les équipes s’entraînent.
Après, je suis arrivé à Niort où j’ai découvert une autre ambiance. Un club très familial, où je me suis senti bien dès mon arrivée. De belles saisons en jeunes et ma première signature en professionnel. Une grande fierté pour moi.

As-tu conservé des contacts avec certains joueurs ou dirigeants de ces deux clubs?
Oui, bien sûr.
À la préformation aux Girondins, j’ai créé des liens très forts. Notamment avec trois joueurs, qui sont devenus mes meilleurs amis. Et aussi Jean-Jacques Gresser, dirigeant du club, et Denis Berville, qui était surveillant au centre. J’ai également des nouvelles de mes premiers coaches.
À Niort aussi, avec Mamadou Camara, Simon Pontdemé, Stéphane Vrech et bien d’autres. J’ai eu aussi des nouvelles de David Moreaux et Pascal Gastien, mon formateur.

 

« CHEZ LES JEUNES, MON CŒUR BALANCE POUR LES CHAMOIS. »

 

Tu as vécu une demi-finale de coupe Gambardella avec les Chamois, ce qui reste aujourd’hui le meilleur parcours réalisé par les jeunes Niortais. Te souviens-tu de cette rencontre et qu’est-ce qu’il avait manqué pour que vous passiez?
Pour la demi-finale, malheureusement, je n’ai pas pu jouer. Je m’étais blessé le tour d’avant, contre Marseille, dans un René-Gaillard quasiment plein.
J’en garde un très bon souvenir, car on était une vraie bande de potes. On prenait du plaisir et on gagnait les matches . Quoi de mieux?
La demie ne s’est pas jouée à grand chose. On était déçus, mais fiers de notre parcours.

Que représentait cette compétition pour toi?
Cette compétition, c’était notre Ligue des Champions à nous. C’était super excitant de jouer ces types de matches et de passer les tours les uns après les autres. Ça donnait envie d’aller au bout, au stade de France.
C’est une véritable aventure humaine. Ce sont mes plus beaux souvenirs dans le foot. On jouait pour gagner, mais on n’oubliait jamais le plaisir. Le plaisir de jouer et de bien jouer. Ça peut se perdre, ça, parfois, dans le foot professionnel, et c’est dommage. Mais il y a d’autres obligations et d’autres pressions. C’est différent.

Niortais et Girondins vont encore s’affronter. Pour quelle équipe ton cœur balance?
Je suis supporter des deux équipes chez les professionnels. Mais, chez les jeunes, mon cœur balance pour les Chamois. Car j’adorais jouer contre Bordeaux avec les jeunes et les battre avec les Chamois. Je leur souhaite la même chose.

TOM LEBEAU AVANT LE PARIS FC J24 – CRÉER LA SURPRISE TOM LEBEAU AVANT LE PARIS FC J24 – CRÉER LA SURPRISE
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo Niort Agglo blanc
Ensemble atteindre les sommets