Retour

AMANDINE MIQUEL COACH DE LA DH FEMININE

le 31 août 2015
Actualités

 

Amandine bonjour, quel a été ton parcours footballistique jusqu’à aujourd’hui?

J’ai démarré le football toute petite, à six ans, au Mexique, avec les garçons, aux postes de gardien de but ou milieu de terrain. Ensuite mes parents qui sont enseignants ont été mutés en Angleterre. Je suis arrivée à Londres à 12 ans, où j’ai été repérée dans la cour de récréation par Chelsea. J’ai intégré le club londonien et y ai évolué jusqu’à 17 ans, remportant le doublé coupe-championnat la dernière année aux côtés de Fara Williams, Casey Stoney et Kelly Smith. Puis, nouvelle mutation de mes parents oblige, direction l’île de la Réunion. J’ai continué à jouer malgré ce déficit de niveau. J’ai bien essayé par la suite de revenir vers le haut niveau à Juvisy, mais j’avais accumulé trop de retard sous les tropiques. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de me diriger vers une carrière d’entraîneur, dès 18 ans officieusement, mais je n’ai passé mon DES qu’en 2010. J’ai entraîné à la Réunion toutes les tranches d’âge, garçons et filles, également du spécifique gardien de but et les sélections régionales u15 et u17 féminines qui ont remporté les Jeux des Iles en 2011, ce qui m’a permis d’être recrutée par Mayotte où j’ai été en charge de tout le développement du football féminin. Enfi la saison dernière je coachais la DH féminine du Bergerac Périgord FC, et en parallèle la section sportive de Mérignac.

Comment se sont noués tes contacts avec les Chamois Niortais?

J’ai postulé assez tôt en direction de plusieurs clubs de Ligue 1 et Ligue 2, car j’aspirais à plus de professionnalisme. Fin juillet les Chamois m’ont recontactée par l’intermédiaire de Dodzi Eklu. J’étais sur plusieurs pistes mais je n’avais dit oui à personne. J’ai pesé le pour et le contre car j’avais également la possibilité de devenir cadre technique en Auvergne, mais j’ai répondu favorablement à Niort car j’ai senti une vraie volonté d’accélérer les choses. J’ai donc signé un CDD de 30 heures hebdomadaires, sous la convention nationale du sport.

De quelle durée?

Pour l’instant d’un an, mais j’ai expliqué aux dirigeants que mes projets se situaient plutôt sur trois ans. En une saison on ne peut pas arriver à grand-chose et il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’exceptionnel, si ce n’est faire moins pire que la saison dernière. Ensuite on pourra revoir les ambitions à la hausse. En terme de recrutement je dispose d’un réseau plutôt conséquent grâce à mes précédentes expériences.

Comment se passe la découverte de ton groupe de joueuses?

J’ai demandé l’avis de plusieurs personnes, notamment de l’entraîneur de la réserve et des deux éducatrices salariées du club, pour tenter de comprendre l’incohérence entre le classement obtenu et le potentiel des joueuses. Il va falloir bousculer certaines habitudes, certains comportements. Viser la D2 dès cette année est impossible, même Mourinho n’y parviendrait pas. On va repartir sur un mode de reconstruction et essayer d’étoffer le groupe.  Dans un avenir que j’espère le plus proche possible on devra viser la D2, ne serait-ce que pour faire évoluer nos jeunes en championnat national. J’ai appris qu’on disposait d’un vivier très prometteur et talentueux. Cela dit monter en D2 est plus compliqué qu’il n’y paraît. On doit se donner tous les moyens, qu’ils soient sportifs ou matériels, pour y parvenir. Déja je vais mettre en place des entretiens individuels afin de cerner la motivation. Je ne veux que des joueuses ayant la réelle volonté d’accéder au niveau supérieur. Cela passe avant tout par le mental, la cohésion de groupe et l’adhésion au projet du club.

 

Propos recueillis par Bruno AHIME

 

FAIZ SELEMANI NOUVEAU CHAMOIS ! A L’AFFICHE CE WEEK-END FAIZ SELEMANI NOUVEAU CHAMOIS ! A L’AFFICHE CE WEEK-END
Réagir à cet article
poujoulat_Chem_2017_sansBL_FrblancMacif blancLogo Westlink blancLogo CA blancerima blancCG-2018_blancrégion_NA-BlancLogo Departement blancLogo Ville de Niort blancLogo Niort Agglo blanc
Ensemble atteindre les sommets